Santé et géographie


C’est grâce à une carte que le Docteur John Snow découvrit en 1854 l’origine de l’épidémie de choléra à Londres : une pompe à eau. Cette découverte, devenue célèbre, marque la naissance de la ville moderne et de l’épidémiologie.

Il est donc surprenant de constater à quel point nous avons négligé la géographie pour renforcer notre savoir sur l’amélioration de la santé et définir des stratégies adaptées. C’est non seulement une grave erreur d’analyse, mais aussi une sérieuse erreur de stratégie

 

Médecin vérifiant le rythme cardiaque d’une femme asiatique âgée



Trois facteurs en matière d’épidémiologie classique entrent en jeu : (1) un agent pathogène, (2) un hôte et (3) l’environnement Les sciences médicales ont permis d’immenses progrès, que ce soit pour identifier ou traiter les deux premiers facteurs (des antibiotiques aux génériques, en passant par les avancées des technologies médicales). Les progrès ont été moins flagrants en ce qui concerne le troisième facteur, où environnement bâti, déterminants sociaux de la santé et conditions ambiantes locales jouent un rôle clé. 

Nous avons appris que notre santé dépend à 80 % de paramètres contextuels : environnement physique (10 %), comportements sanitaires (30 %), et facteurs sociaux et économiques (40 %). Les 20 % restants sont déterminés par notre génome et notre microbiome (organismes symbiotiques—notamment les milliards de bactéries et autres microbes—qui constituent un être humain) et la qualité des soins obtenue. Pris ensemble, les trois premiers paramètres forment l’exposome, c’est-à-dire le catalogue et la mesure de toutes les expositions subies par un individu au cours de sa vie. Ces expositions, qui commencent avant la naissance, peuvent être d’ordre environnemental et professionnel (climat, métaux et plastiques, ozone, pollution, tabac, pesticides, infection, stress et facteurs socio-économiques).

 

Carte présentant des losanges de différentes tailles et couleurs



La cartographie est certainement le meilleur moyen pour classer et analyser la complexité exposomique. Même en temps normal, votre code postal peut être tout aussi important pour votre santé que votre code génétique ou votre code fiscal. Pour avoir un ordre d’idée de l’intérêt de la cartographie, pensez au nombre de personnes concernées par une pandémie. Comme les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) le précisent : « En matière de maladie infectieuse, le qui et le quand sont bien souvent dépendants du . » 

Heureusement, nous avons aujourd’hui les moyens de mieux comprendre ce . Les technologies géospatiales émergentes et les nouveaux outils d’intelligence géographique, combinés à l’intelligence artificielle, nous permettent, en effet, d’analyser les complexités environnementales et sociétales, et d’évaluer leur impact sur notre santé.

Le semble bien être notre meilleur atout pour nous défendre contre la maladie et renforcer la santé de nos communautés. 

Le lieu nous donne les clés pour comprendre le contexte sanitaire dans sa globalité et nous montrer où et comment intervenir. 

Prenons l’exemple de la pandémie actuelle. 

  • Cartographie de l’épidémie : les fonctions de cartographie avancées développées lors des épidémies du virus du Nil occidental, du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), du virus Ebola et du virus Zika sont utilisées aujourd’hui pour dépister la rougeole, la poliomyélite et d’autres maladies infectieuses ; elles ont également fait leurs preuves lors de l’épidémie de COVID-19. L’exemple actuel de cette fonctionnalité émergente sont les célèbres tableaux de bord mondiaux sur la COVID-19. Il en existe des dizaines, dont les plus connus sont ceux de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Johns Hopkins University
  • Suivi des cas contacts : les outils d’intelligence géographique avancés permettent de déceler des tendances en temps réel, de détecter des anomalies, d’obtenir de précieuses informations, mais aussi de limiter la propagation d’une maladie en offrant une meilleure compréhension des lieux potentiels de transmission entre les malades et les cas contacts.
  • Protection des plus vulnérables : des cartes intelligentes représentant les relations entre l’âge et les revenus (d’après les données du Bureau du recensement américain) ont été complétées par des informations sur les structures d’hébergement des personnes âgées, les campements pour les sans-abri, les hôpitaux et les cliniques. Une simple analyse spatiale a permis d’identifier les zones en fonction du niveau de risque.
Pharmacien vérifiant ses stocks de médicaments avec une tablette




Les cartes intelligentes et les tableaux de bord constituent, par ailleurs, d’excellents outils de prédiction et de planification. Ils permettent d’évaluer le nombre de personnes qui nécessiteront une hospitalisation, d’estimer les risques de pénurie alimentaire, et aident les entreprises à adapter les espaces de travail afin de respecter les normes de distanciation lors du retour des employés.

Ces approches fondées sur l’intelligence géographique nous permettent de passer d’une médecine personnalisée à une médecine de précision, et de véritablement transformer les politiques de santé publique en plaçant la santé au cœur de nos préoccupations.

En fin de compte, la pandémie nous en apprend autant sur la géographie que sur les soins de santé à proprement parler. 

D’une part, ce virus nous rappelle que nous sommes tous dans le même bateau. Comme l’affirme David Wolman dans le magazine Wired : « La notion d’ailleurs est une fiction… Ce qui compte le plus, c’est . Nous sommes tous concernés, ici et maintenant. »

D’autre part, ce virus place la micro-géolocalisation au cœur du problème. Les critères sociétaux, environnementaux et culturels d’une ville, d’un quartier ou d’un immeuble donnés sont décisifs pour déterminer l’impact du virus sur ces communautés. Ils nous révèlent à quel endroit agir et quelles mesures adopter.

Par Estella Geraghty, médecin et chef du service médical pour Esri

 

Le potentiel des vidéos de gélocalisation

Santé


L'intelligence géographique permet aux acteurs de santé de réaliser à quel point la perception géospatiale aide à la prise de décision et à l'exécution des actions.

Se tenir au courant


S’inscrire au bulletin d’information Esri Brief

L’Esri Brief, un bulletin d’information envoyé par courrier électronique deux fois par semaine, vise à tenir les dirigeants d’entreprise au courant des tendances technologiques majeures et des nouvelles perspectives en matière d’intelligence géographique.